Le nœud de la sorcière – extrait

Diana a l’air changé aussi. Elle ressemble plus à sa mère, avec ces longs cheveux cuivrés, dit Em en constatant le changement le plus évident chez sa nièce.

Diana trébucha sur les pavés et Matthew la rattrapa d’un geste vif. Naguère, Em considérait les prévenances incessantes de Matthew comme une manifestation du caractère exagérément jaloux du vampire. À présent, avec la perspicacité du spectre, elle se rendait compte que cette tendance était due à sa perception surnaturelle de la moindre altération dans l’expression ou l’humeur de Diana ou du plus infime signe de fatigue ou de faim. Cependant, aujourd’hui, la sollicitude de Matthew semblait plus vive et due à une raison bien précise.

Il n’y a pas que les cheveux de Diana qui ont changé, s’émerveilla Philippe. Diana est grosse d’enfant – l’enfant de Matthew.

Em scruta sa nièce avec attention, se servant de la perception plus aiguë de la vérité que lui permettait la mort. Philippe avait raison – en partie. Vous voulez dire les enfants. Diana attend des jumeaux.

Des jumeaux, répéta Philippe d’un ton plein de révérence. Il se détourna, distrait par l’apparition de son épouse. Regardez, voici Ysabeau et Sarah avec Sophie et Margaret.

Que va-t-il se passer à présent, Philippe ? demanda Em, le cœur gros d’impatience. La fin. Le commencement, répondit Philippe, volontairement vague. Le changement. Diana n’a jamais aimé cela, dit Emily.
C’est parce que Diana a peur de ce qu’elle doit devenir.